Il est temps de bâtir une nouvelle Société…


Présentation en 2 pages.
Pour la présentation en 4 pages cliquez ici.)
Présentation Multilingue

L'humanité arrive à un stade essentiel de son évolution. Une absence de politique de progrès cohérente et forte au niveau mondial, se paye par une dégradation de la situation économique d’un nombre toujours plus grand de personnes. Elles sont de plus en plus nombreuses à n’avoir même pas le minimum pour vivre décemment; et ce, sur tous les continents. Le désordre économique, moral et spirituel s’aggravant la situation semble se détériorer de manière inexorable.

Certains dirigeants politiques paraissent découvrir, seulement maintenant, que pas leur vision angélique d'une mondialisation débridée n'est pas partagée par tout le monde. Les médias, eux, font la part belle aux constatations, même si elles sont pimentées d'un peu de contestation. Ils laissent peu de place aux propositions. Surtout si elles ont pour objectif d'agir de manière concrète sur les rouages essentiels de la société. Pourtant, seuls des changements profonds sont susceptibles d'amener une époque de réels progrès pour l'humanité dans son ensemble.

Pour atteindre ces buts, il est donc indispensable de bâtir une nouvelle société ; ou du moins, de régénérer profondément celle dans laquelle nous vivons actuellement. Pour cela nous devons faire naître un puissant mouvement susceptible d'inspirer les forces les plus dynamiques des groupes humains les plus divers.

C'est l'objectif que poursuit "Biosphère pour Demain" depuis 1989, par des actions incessantes, et ce, dans tous les domaines.

L’analyse des évènements mondiaux qui se succèdent actuellement ne peut que conforter cette détermination. Nous devons faire appréhender, à des pans de plus en plus grands de la population, qu’il n’est pas utopique de s’atteler à la tâche de bâtir une société fraternelle. Nous ferons alors de grands pas vers la défense de l'intérêt général et l'épanouissement de l’individu en abandonnant nos vieux réflexes corporatistes.

L'Occident a les moyens médiatiques et économiques de donner rapidement un essor puissant à une telle initiative. Mais, à ce jour, le constat n'est guère flatteur pour les démocraties les plus anciennes. Un puissant égoïsme à courte vue paralyse les institutions influentes des pays occidentaux crispées sur leurs avantages actuels. Cette sclérose empêche de s'exprimer les forces vives qui veulent orienter les réformes de la Société vers un progrès largement partagé.

Si l'Occident reste réfractaire à cet état d'esprit, il est fort possible qu’une action constructive, concertée entre médias et dirigeants "éclairés" des pays du Sud avec les groupements humains occidentaux les plus dynamiques, pourra initier ce profond mouvement régénérateur.

Les propositions de "Biosphère pour Demain" sont une base sérieuse pour initier ce débat, maintenant indispensable.

Elles décrivent le processus qu’il serait souhaitable de mettre en œuvre pour un Etat occidental comme la France. Il pourrait parfaitement être adapté pour les pays du Sud. Cela serait valable même pour ceux fonctionnant avec un autre système comme une royauté. En faisant la synthèse des avantages respectifs des deux systèmes, le résultat surpasserait tous les modèles démocratiques existants actuellement.

L’idée directrice est de bâtir de nouvelles procédures, souvent dans le cadre des meilleures institutions déjà existantes, comme l’ONU.

Le "Plan Nation de Monde" présenté en détail dans le livre «Biosphère pour Demain» permettrait de générer dans un premier temps un système de sécurité global, démocratique et universel. Il garantirait définitivement la sécurité des peuples qui en auraient fait le choix et de bien sûr, toutes les ethnies qui les composent. Le potentiel de l’industrie axée sur la production d’armes serait progressivement orienté vers la production de biens d’équipement pour garantir à tout citoyen du monde le minimum vital. Les femmes devraient utiliser cette opportunité pour prendre le rôle qui devrait être le leur dans la gestion des affaires politiques. Le Secrétaire Général des Nations Unies aurait un rôle de premier plan, éminemment utile. Sans nul doute cette organisation évoluera avec le temps vers un véritable gouvernement mondial tourné vers le progrès.

Cela permettrait aux pays du Sud de prendre la place politique qui doit être la leur dans le concert de Nations.

Une fois ce premier pas franchi, la voie serait ouverte pour améliorer en profondeur le système économique actuel. Au plan commercial la " Taxe Compensatrice de Progrès " permettrait d'établir des rapports équitables entres toutes les entreprises et tous les pays en rééquilibrant les rapports dans 3 domaines :
- L’utilisation de main d’œuvre.
- La protection sociale.
- La protection de l’environnement.
Cette régulation serait appliquée aux produits exportés.Elle serait intégralement utilisée au bénéfice exclusif de la population du pays concerné.Cette taxe n'aurait pas l'aspect négatif que peuvent avoir les impôts puisqu'elle serait un facteur de développement. La régulation aurait comme autre avantage de favoriser l’emploi de main-d’œuvre par rapport aux machines.

Ces premières décisions pourraient être mises en œuvre rapidement. Elles traceraient les grandes lignes de cette Société d’avenir qui saura assurer la prééminence de l’individu dans son organisation, en plaçant l’être humain au centre de ses préoccupations.
Les pays riches y trouveraient leur compte également car ces évolutions positives leur permettraient de sortir de l'immobilisme institutionnel qui menace si gravement leur propre destinée. Orienter la marche de l'humanité vers une ère de Paix et de progrès est le défi lancé à notre génération.
Nous devons le relever.

"Biosphère pour Demain"1989


Nota bene :
Biosphère pour Demain est une entreprise de bâtisseurs exclusivement dont le but est d’inaugurer les fondements nouveaux de la Civilisation du Troisième Millénaire.
Si, le moins souvent possible, il est fait un rappel sur des actions présentes ou passées de certaines personnes ou entités c'est pour permettre aux citoyens de mieux s'informer. Ils pourront ainsi mieux mesurer la tâche à accomplir et de comprendre la nécessité de s'investir sans délai pour changer notre société tout en mesurant les risques induits par leur engagement. Surtout que ce dernier sera porté par une non-violence impérative.
Nous n'avons, ni les moyens, ni l'envie, de faire la moindre enquête ou de porter le moindre jugement sur quiconque; personne, société commerciale, banque, multinationale, personnel politique, association, ou institution quelles que soient leurs responsabilités, réelles ou supposées, dans les évènements du passé, même les plus dramatiques.
C'est le rôle des institutions ou organismes actuels qui en ont la charge ou la volonté.
Notre seul but, pour inaugurer cette nouvelle civilisation de Paix et de Progrès attendue depuis la nuit des temps, est de fédérer toutes les volontés et leurs moyens, indépendamment de leur histoire personnelle ou leur origine.
Cela nous empêche pas d’agir par des actions concrètes, déterminées, courageuses, pouvant troubler des intérêts puissants à courte vue, s’il est utile de répondre à une situation actuelle contraire à nos valeurs ou principes.
Celles ou ceux qui veulent apporter leur pierre, aussi modeste soit-elle, à la construction de la nouvelle maison commune, pourront le faire à tout moment et en toutes circonstances.
Notre société aura bien sûr, les moyens, en temps voulu, et pour les évènements de son époque, de remplir les fonctions législatives et judiciaires.
Même quand il s'agit de quasiment reconstruire complètement les bases de fonctionnement de la nouvelle civilisation, nous ne sommes pas porteurs d'un message révolutionnaire pour la société, mais évolutionnaire.
La seule révolution qui vaille est la révolution intérieure personnelle. Elle est indispensable quand on prend la dimension et la force réelle de la fraternité et que nous souhaitons en faire notre valeur première pour guider notre vie.
Dans ce sens il est également très important d'assurer que notre volonté sera de maintenir, au minimum, l'activité actuelle de toute entité, dominante ou non, à partir du moment où elle s'engage à accepter les principes de Paix, de Progrès et de Fraternité de la Société du Troisième Millénaire.
Pour finaliser cette volonté elle aura le temps d'une génération pour y parvenir, soit 20 à 30 ans.
Quelle société ou institution peut prétendre être dans l'incapacité de modifier de 2 à 3% par an son activité ? Aucune. Notre volonté sera de réunir les circonstances pour faire grandir, individus comme entités et non obligatoirement grossir, qui à partir d’un certain niveau devient une maladie.
Dans le passé, en quelques mois, nombre de pays ont été en mesure de modifier complètement leur activité économique pour faire la guerre.
Gageons qu’elles feront aussi bien en quelques décennies pour faire la Paix et garantir un progrès qui bénéficiera à tous, États, entreprises, peuples, et généralement à tous les citoyens du monde.
DAKTTARI

Le Second Souffle de la démocratie
# BIOSPHERE sur Twitter
@ BIOSPHERE sur Facebook
L'ESPRIT ET L'ART
  • JUSTE AVANT La Dictature
    Patrick VALLOT Artiste Peintre
  • FEMMES Enfin Les Entendre
    Nadège ROSTAN Photographe

  • IL SUFFIRA  D'UN SIGNE
     Jean-Jacques GOLDMAN Chanteur
  • FEMMES Sortir du carcan
    Nadège ROSTAN Photographe



  • MAINTENANT la Connaissance
    Patrick VALLOT Artiste-Peintre


  • NOS MAINS
    Jean-Jacques GOLDMAN Chanteur